19/04/2014

17/04/2014

16/04/2014

15/04/2014

14/04/2014

13/04/2014

12/04/2014

09/04/2014

07/04/2014

06/04/2014

Eve en bateau 1 (Paris)


Le lieu d’une prise de vues peut être déterminant.
J’aime amener mes modèles dans des endroits insolites, pour y vivre avec eux des moments suspendus. Mon amie Emma a eu la gentillesse de me prêter sa charmante petite péniche, amarrée aux abords du Pont Alexandre III, en plein cœur de Paris. Cet espace flottant vous transporte hors du temps et vous fait perdre un peu de vos repères. C’est là que j’ai photographié Eve. Plusieurs de ces portraits seront publiés sous le titre : Eve en bateau, durant les jours prochains.

HR

02/04/2014

INSPIRATION. Rêve d'un rêve (Paris)


Une image peut en rêver une autre

Il n'est pas rare qu’une présence me frappe pour une raison inconnue.
C’est le cas du visage de cet homme, capturé dans un hôtel de Yaoundé, en 2002.
Il a fallut un certain temps à ma conscience pour comprendre de quoi cette image était l’écho.
Une autre photographie, iconique, réalisée par Man Ray en 1926 m’est alors revenue à l'esprit.
La mienne s’est avérée être une réponse inconsciente, en même temps qu’un hommage, au maître surréaliste.

HR

Nadja (Paris, 2008)


31/03/2014

30/03/2014

29/03/2014

28/03/2014

26/03/2014

25/03/2014

TEXTE: Une piscine


J’ai trouvé récemment sur facebook :

The Seduced Human - Jørgen Leth and Haiti. A film by Truls Lie

posté par la photographe et réalisatrice Chantal Regnault (qui apparaît elle-même dans ce documentaire).

J’y ai découvert la personnalité de Jørgen Leth. J’avais vu son célèbre film montrant Andy Warhol mangeant un hamburger, mais ignorais tout du reste de son œuvre.
Le premier plan du documentaire m’a renvoyé à mon plus récent voyage en Haïti (en octobre 2011), car j’y ai immédiatement reconnu une arrière cour de Jacmel que j’avais alors photographiée.
Au milieu d’un espace dévasté par le terrible tremblement de terre de janvier 2010, j’avais découvert une petite piscine, longiligne et peu profonde. L’endroit avait frappé mon imagination. Je m’étais senti happé par son atmosphère étrange. Je savais être dans l’ancienne demeure d’un Consul danois, mais étais loin de me douter que cet homme, Jørgen Leth, était aussi un cinéaste de renom, dont le destin avait basculé avec celui d’Haïti.

Le réalisateur du documentaire a choisi cette petite piscine comme élément central du décor de son portrait de Leth.
C’était le lieu où ce dernier noyait ses tourments. Il s’y plongeait pour calmer ses fréquents accès dépressifs.
Le documentaire le montre évoluant dans la propriété, aujourd’hui presque entièrement disparue, qui entourait ce bassin.

J’avais été littéralement aimanté par cet endroit sans être tout à fait conscient de l'ampleur de la tragédie qui s'y était joué, un an auparavant. Le drame de la dévastation de la demeure d’un homme et du pays qu’il s’était choisi. Suivi de son retour contraint vers sa terre natale, le Danemark, où il présenta son dernier film tourné, principalement, dans cette maison.


Après le visionnage de ce documentaire, mes photos de la piscine me sont apparues sous un jour nouveau. Je pouvais y deviner le fantôme de Leth brassant l’eau calme en direction de sa destinée.

HR


24/03/2014

PHOTO: Respect

Il y a beaucoup de photographes, et de plus en plus de prétendants à ce titre. Il est indiscutable que cette prolifération - encouragée par d’incessantes avancées technologiques - a considérablement augmenté le niveau de qualité moyenne des images produites.
Pourtant, dans cette multitude, je ne distingue qu’une poignée d’individus dignes d’admiration. Anders Edström est de ceux-là.

La première fois que j’ai vu son travail (vers la fin des années 90), je venais d’intégrer le cercle restreint des contributeurs au magazine Purple, qui était à l’époque une revue élitiste d’avant garde où s’exprimaient certains des artistes les plus audacieux du moment.
La plupart d’entre eux avaient une formation artistique - ce qui n’était pas mon cas - et maniaient des codes qui m’étaient étrangers.
Je ne me sentais pas appartenir à ce monde, qui gravitait à la lisière de la mode et de l’art, mais faisais de mon mieux pour en avoir l’air. J’observais avec un intérêt anxieux ce milieu à la sensibilité opaque, comme pour tenter d’en déchiffrer les mystères.
Les photos publiées me semblaient souvent visuellement insignifiantes, fâcheusement minimalistes et esthétiquement pauvres.
Il m’a fallu un certain temps pour accepter l’influence de cette forme de langage, qui est aujourd’hui devenue la norme mondiale.
Ma lecture du travail d’Anders a coïncidé avec ce processus d’adaptation. Chacune de ses publications me questionnait sur ce qui le motivait à photographier de la sorte. Ca n’a aucun intérêt, pensais-je à première vue. Pourtant, en plus du fait qu’il jouissait d’une certaine renommée dans ce milieu, une mystérieuse attraction me faisait regarder son travail, encore et encore.
J’ai fini par admettre que son parti pris, celui de l’expérimentation permanente, la radicalité artistique et d’une intégrité sans faille vis à vis de soi-même, était aussi le mien.
Son esthétique hautement raffinée et subtile a trouvé grâce à mes yeux lorsque mon point de vue s’est ouvert sur cette photographie émancipée et instinctive.
C’est l’époque où j’ai appris à déconstruire mon système de références, pour ne chercher l’inspiration qu’au cœur de  ma propre réalité. Nous prenions ce qui était à notre portée et le transformions en une forme expressive novatrice, immédiatement diffusée à travers le monde par quelques magazines indépendants. La plupart d’entre nous, quoique n’ayant pas le sou, le faisions par nécessité intérieure plus que par calcul.
Anders, grand suédois réservé, inspirait le respect par son charisme et son indépendance d’esprit.
On ne pouvait jamais prévoir la direction qu’allait prendre son regard.
Les sollicitations du marché de la mode n’ont en rien ébranlé sa détermination, ni même modifié son attitude.
Lorsque son talent l’a conduit aux portes du succès, il n’a fait que rester lui-même.
Anders ne chemine pas dans un sillon creusé par d’autres. En plus d’un maître de la lumière, il est un véritable créateur de forme. Son style, presque invisible, est un alliage savant d’intelligence, de sensibilité, et le fruit d’une intense acuité aux plus fines variations du réel.
Il pourrait être comparé à Wolfgang Tillmans, dans la mesure ou, comme lui, il a été précurseur dans l’invention d’un positionnement si singulier qu’il questionne et dynamise la nature même du médium.
Ses photos sont des énigmes. Elles nous invitent à investir des espaces en apesanteur, à la fois si proches et éloignés de nous qu’ils nous délivrent de touts préjugés visuels. Anders construit une œuvre (photographique et filmique) exigeante, délicatement hypnotique, dont le mysticisme discret est unique. Le plus sûr chemin pour l’appréhender est de s’élever, ou plonger en soi-même.

Il est l’un des plus talentueux, subversifs et authentiques des photographes que je connaisse, un de ces caractères irréductibles dont l’empreinte traverse les générations.

HR

22/03/2014

21/03/2014