28/07/2014

POLITIQUE: Conflit

Ca recommence. L’indignation a regagné les esprits.
Une nouvelle attaque de l’armée israélienne à Gaza, et deux camps se dressent à nouveau, les pours et les contres, les pros et les antis.

Il y a la guerre bien réelle, celle des armes qui déchirent les corps, volent les âmes et pulvérisent tout ce qu’elles ciblent.
Et celle des opinions, de ceux qui s’affrontent loin des champs de bataille, effrayés, choqués par le décompte des morts martelé par les médias, ou d’être désignés comme bourreaux.
Ce qui pousse chacun de nous à faire un choix, trouver une position : Pour ou contre ? Pro ou anti ?
Si j’ai décidé de me soustraire à ce type de débat, c’est que je ressens intensément qu’à un niveau bien plus élevé que celui des médias, perpétuer la guerre hors des frontières où elle sévit n’a pour seul effet que de l’alimenter.
Car cette guerre fait rage en chacun de nous. C’est peut-être dans cette direction-là qu’il faudrait regarder.
Cherchons l’Israélien. Non seulement le modéré, pacifiste humaniste, qui revendique son droit légitime à l’autodéfense et considère les Arabes comme ses frères. Mais aussi le belliqueux va-t-en guerre, l’extrémiste religieux persuadé de son bon droit, car Dieu lui même en aurait décidé. Celui dont la brutalité, le racisme et la xénophobie sont à l’exacte mesure de sa paranoïa. Ce froid calculateur au projet messianique prédateur.
Cherchons le bien, car il est tapi en nous tous, prêt à surgir à l’occasion.
Je l’ai trouvé et je l’ai vu, car je le reconnais en moi. Observons-le attentivement et acceptons ce que nous sommes.
Et que dire du Gazaoui ? L’opprimé dominé, l’occupé privé de ses droits, spolié de ses terres. La victime sacrifiée sur l’autel de l’injustice. Celui qui revendique son aspiration à vivre décemment sur son territoire. Celui que l’on massacre ? Et ce stratège fanatique, alors, qui nourrit une haine indescriptible, viscérale pour tous les juifs ? Cet autre que ses croyances placent à la droite d’un « seul vrai prophète » de plus. Cet extrémiste dont le but ultime est la vengeance par anéantissement de son ennemi et voisin.
Le captez-vous ? Il est en vous, pourtant. Il est en moi. Je le connais depuis des siècles.
Si l’on veut bien sentir, en tournant nos regards vers nos profondeurs, il n’est rien en ce bas monde qui ne se joue aussi en nous.
Alors, c’est là, d’abord, qu’il faudrait faire la paix. Fournir l’effort de comprendre que tant que nous nous identifierons à des clans, des races, des nations, des croyances, que nous nous montrerons incapables de dépasser nos conditionnements, nous ne ferons qu’alimenter l’énergie noire de ce conflit, et d’autres, bien plus dévastateurs.

Alors indignons-nous, oui ! Indignons-nous de toutes nos forces, mais faisons-le en conscience.

HR 



27/07/2014

22/07/2014

20/07/2014

18/07/2014

16/07/2014

04/07/2014

03/07/2014

02/07/2014

01/07/2014

Art à Zürich (Paris)


Devant la galerie SUNDAY INVENTORY le soir de mon vernissage


30/06/2014